Be - Photo Pascal Elliottrnard-Marie Koltès


Nouvelle création 2020

Textes
Bernard-Marie Koltès

Chorégraphie et mise en scène
Marie-Claude Pietragalla
Julien Derouault

Avec
Julien Derouault
Abdel-Rahym Madi

Durée 1h20

 

Production Théâtre du Corps

Dans la solitude des champs de coton


Les deux chorégraphes Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault ont créé à travers le Théâtre du Corps un espace de travail d’où naissent des spectacles singuliers mêlant avec nuance danse et théâtre, corps et poésie, oralité et mouvement. Cette méthode unique en son genre, où l’acteur danse et le danseur joue, est aujourd’hui au centre de leur travail de création.

 

 

« Essayez de m’atteindre, vous n’y arriverez pas. »

Bernard-Marie Koltès

« Dans la solitude des champs de coton » écrite par Bernard-Marie Koltes, est une pièce majeure du théâtre contemporain qui met en scène un dealer et un client : deux oiseaux de nuit, deux être blessés, deux solitudes…
L’auteur nous donne à voir ce qui se déroule juste avant le conflit, « une bagarre verbale que l’on pourrait comparer à une bagarre de rue » dans un lieu isolé. Sur ce terrain neutre et désert, les deux personnages sont amenés à se révéler, à se mettre à nu. L’offre et la demande, le marchand et le client, la lumière et l’obscurité…Koltes utilise les contraires, les couples d’opposition pour traiter des relations complexes entre ces deux êtres que tout oppose, de la confrontation à l’inconnu.
La danse exprime ici l’inconscient poétique des personnages qui permet de remplir le temps tout comme « l’échange des mots » ne sert « qu’à gagner du temps avant l’échange des coups ». C’est une parade où chacun se jauge, se frôle, se provoque. Le désir s’incarne aussi dans les corps, les respirations, les envolées chorégraphiques qui troublent les protagonistes et les amènent à réagir, voire même à reconnaître qu’ils sont touchés.
La danse comme les mots cherchent à impressionner, à tester l’adversaire, à se chercher plutôt que se mordre, mais elle est surtout une ritualisation de la rencontre avec la mort.
Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault

 

« Cela traite d’une bagarre de texte, d’une bagarre verbale que l’on pourrait comparer à une bagarre de rue… Mes personnages sont passionnés; ils ont envie de vivre et en sont empêchés ; ce sont des êtres qui cognent contre les murs. Les bagarres justement permettent de voir dans quelles limites on se trouve, par quels obstacles la vie se voit cernée. On est confronté à des obstacles - c’est cela que raconte le théâtre. »

Bernard-Marie Koltès

 

 

Bernard-Marie Koltès

 

Be - Photo Pascal Elliottrnard-Marie Koltès

 

Bernard-Marie Koltès est né à Metz en 1948. Après avoir goûté au piano ainsi qu’au journalisme dans sa jeunesse, il découvre sa passion pour le théâtre et fonde sa compagnie Le Théâtre du Quai. 
Il écrit ensuite plusieurs pièces, dans les années 1970, qu’il mettra lui-même en scène.
Après un voyage au Nicaragua, au Guatemala puis au Salvador, Koltès écrit Combat de Nègre et de Chiens, en 1979. La pièce est créée en 1983 par le metteur en scène Patrice Chéreau ; c’est le début d’une collaboration qui se poursuit avec les pièces Quai Ouest (1985), Dans la solitude des champs de coton (1986) et Le retour au désert (1988). La dernière pièce de Koltès, Roberto Zucco (1988) a été créé à Berlin par Peter Stein en 1990.
Le dramaturge mort en 1989, jouit aujourd’hui d’une renommée grandissante.

 

A propos

Le Théâtre du Corps est subventionné par la DRAC Île-de-France au titre de l’aide à la compagnie chorégraphique, par la ville d’Alfortville et la région Île-de-France.

DRAC   Ville d'Alfortville

 

Sitemap

Nous contacter

  • Téléphone
    +33 (0) 1 43 75 48 01
  • Email
    mail@theatre-du-corps.com
  • Studios
    59 Rue Marcelin Berthelot
    94140 Alfortville France
Suivez nous sur Instagram Copyright © 2019 Le Théâtre du Corps tous droits réservés - Photographies Pascal Elliott tous droits réservés